Vigipol - Défendre les intérêts des collectivités littorales face aux risques issus du transport maritime
Je recherche... rechercher

Je recherche

X

Actualités

20 ans de la marée noire du Prestige

13.11.2022

Prestige : 20 ans après la marée noire, les collectivités victimes attendent toujours leur indemnisation

Le 13 novembre 2002, le Prestige faisait naufrage au large de la Galice (Espagne). Pétrolier bahaméen, alors en avarie au large du cap Finisterre, le navire fini par se briser en deux et couler par 3 000 m de fond le 19 novembre à 250 km des côtes espagnoles. Cet accident entraîna un déversement de plus de 64 000 tonnes de fioul lourd touchant les côtes marocaines jusqu’en mer du Nord.

Photographie du naufrage du Prestige (DR/Archives AFP)

Une affaire au long cours

Après l’ouverture de deux procédures simultannées en France puis en Espagne, l’affaire est délocalisée et transférée devant les juges espagnols. Le procès pénal espagnol s’ouvre le 16 octobre 2012 devant l’Audiencia Provincial de La Corogne après sept années d’instruction. La justice espagnole rendra trois décisions en 2013, 2016 et 2018 et une ultime ordonnance du 26 novembre 2019 concernant la fixation des montants d’indemnisations des victimes.

Des collectivités partiellement indemnisées

Sur les 47 collectivités bretonnes adhérentes qui s’étaient constituées parties civiles, 24 ont reçu des indemnisations dans des proportions extrêmement limitées, voire complètement dérisoires. La plupart ont reçu 1,70 % de leur demande. Les sommes finalement reçues par les collectivités bretonnes allaient de 6,43 € pour la commune de Trélévern (22) à 4 632 € pour celle de Pléneuf-Val-André (22). Au total, les 24 collectivités bretonnes ont reçu 18 500 € d’indemnisations.

Des collectivités toujours dans l’attente du versement de l’indemnisation…

Malgré la décision de confirmation des montants d’indemnisations allouées aux victimes de novembre 2019, l’intégralité des 24 collectivités bretonnes victimes n’ont pas encore touché leur indemnisation.

Le risque de pollution maritime demeure

Si les côtes bretonnes ont été épargnées par les marées noires depuis 20 ans, elles ne sont pas préservées pour autant. Des accidents continuent de se produire en mer dans le reste de l’Europe et du monde : incendie, explosion, collision entre pétroliers et d’autres cargos, perte de conteneurs en mer, etc. Surtout, Vigipol constate que les pollutions par hydrocarbures ne sont pas uniquement provoquées par des pétroliers. Actuellement, le risque le plus préoccupant est celui des porte-conteneurs géants ayant autant de carburant dans leurs soutes pour leur propulsion que la quantité que transportent les petits pétroliers. Un accident mettant en cause un porte-conteneurs peut donc amener à devoir gérer des pollutions multiples, comme une marée noire avec, en même temps, des centaines de conteneurs à la mer avec tout et n’importe quoi à l’intérieur, y compris des produits dangereux.

Pour plus d’informations
  • Interview de Sophie Bahé, Directrice de Vigipol, dans le Télégramme du 19 novembre 2022 
  • Sur la prise en charge de la pollution
  • Sur l’affaire judiciaire